Dictionnaire pratique du droit humanitaire

« Mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde. » Albert Camus.

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.

État d’exception, état de siège, état d’urgence

Il s’agit de mesures nationales qui peuvent être votées par le pouvoir législatif ou proclamées par le pouvoir exécutif pour faire face de façon exceptionnelle à des troubles graves de l’ordre public ou en cas de danger menaçant l’existence de la nation.

Dans ces situations de troubles et tensions internes, les droits de l’homme peuvent être suspendus, à l’exception d’une liste de droits auxquels aucune dérogation n’est possible : les droits indérogeables. Le droit humanitaire n’est pas applicable car ilne peut être invoqué que si la violence atteint l’intensité d’un véritable conflit. Les principes contenus dans l’article 3 commun des quatre Conventions de Genève sont applicables.

Garanties fondamentalesConflit armé non international-Conflit armé interne-Guerre civile… -Insurrection-Rébellion .

État d’exception

Il peut être proclamé par les autorités en cas de troubles graves dans la vie organisée de la collectivité qui mettent en danger les intérêts vitaux de la population, ou en cas de menace effective ou imminente d’un tel trouble. Il doit avoir pour seul but de préserver les droits et la sécurité de la population ainsi que le fonctionnement des institutions dans le cadre de la loi.

État de siège

Il peut être proclamé dans une situation de gravité particulière, à l’intérieur d’un État, causée par l’état de guerre ou par d’autres circonstances exceptionnelles (généralement liées aux dangers existant dans une localité assiégée ou encerclée). Il permet l’adoption de mesures exceptionnelles pour assurer ou rétablir l’ordre public. Ces mesures peuvent aller jusqu’à la délégation des pouvoirs civils à l’autorité militaire.

État d’urgence

Situation juridique semblable à l’état de siège mais qui entraîne des restrictions moins sévères aux libertés publiques que ce dernier. Il est généralement déclaré à cause d’un danger imminent ou présent résultant de désastre naturel, de sérieuses atteintes au droit, à l’ordre public.

Pour en savoir plus

Gasser H. P., « Les normes humanitaires pour les situations de troubles et tensions internes », Revue internationale de la Croix-Rouge , n° 801, mai-juin 1993, p. 238-244.

Herczegh G., « État d’exception et droit humanitaire : sur l’article 75 du Protocole additionnel I », Revue internationale de la Croix-Rouge , n° 749, septembre-octobre 1984, p. 275-286.

Article également référencé dans les 3 catégories suivantes :