Dictionnaire pratique du droit humanitaire

« Mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde. » Albert Camus.

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.

Nécessité militaire

Les violences et les destructions qui ne sont pas justifiées par une nécessité militaire sont interdites par le droit des conflits armés. L’usage de la force armée n’est légitime que pour atteindre des objectifs militaires précis. La nécessité militaire constitue la justification de tout recours à la violence dans les limites du principe de proportionnalité.

Ce principe permet de contester l’usage de la force armée si on fait apparaître que ces violences et destructions étaient :

  • inutiles, c’est-à-dire sans rapport avec un avantage militaire précis ;
  • non proportionnées, c’est-à-dire que l’avantage militaire n’était pas proportionné avec les dommages causés aux civils ;
  • indiscriminées, c’est-à-dire si l’attaque ne permettait pas de distinguer entre les objectifs civils et militaires ;
  • destinées à semer la terreur parmi la population civile.

AttaqueMéthodes de guerreGuerreObjectif militaireProportionnalitéBiens protégés

Pour en savoir plus

Draper G.I.A.D, « Military necessity and humanitarian imperatives », Revue de droit pénal militaire et de droit de la guerre , 1973, p. 129-151.

Mac Coubrey H., « The nature of the modern doctrine in military necessity », Revue de droit pénal militaire et de droit de la guerre , 1991, p. 215-252.

Mulinen F.de , Manuel sur le droit de la guerre pour les forces armées, CICR, Genève, p. 87-88.

Article également référencé dans les 2 catégories suivantes :